Actualités
Stress
02/10/2014

Ressources Humaines : Travailler avec des personnes difficiles - Les Victimes et les Anxieux !

Dans notre vie professionnelle, nous sommes tous amenés à croiser de près ou de loin des personnes ayant des comportements anxiogènes susceptibles de provoquer de la souffrance, des conflits, voire de graves troubles dans les organisations.

 

L’usage veut que l’on essaie de ranger ces personnes dans des catégories afin de les caractériser et de tenter de les « gérer ».

 

Ainsi, il n’est pas rare d’entendre des psychologues amateurs affubler certaines personnes d’attributs compliqués tels que Manipulateur, Pervers, Hystérique, Mégalomane, Dépendant, ..., sans maîtriser ni leur sens ni leurs implications.

 

Si ces profils difficiles existent réellement, il n’en demeure pas moins qu’ils sont peu nombreux et que la probabilité de devoir travailler avec une personne schizophrène est très faible.

 

Parvenir à identifier le type de personnalité d’un individu sans tomber dans la caricature est délicat. Il est nécessaire de s’appuyer sur des spécialistes afin de réaliser des diagnostics fiables.

 

Il arrive toutefois que certaines personnes présentent des comportements extrêmement prononcés et révélateurs à un instant donné. Les contextes évoluent et les personnes avec eux : il s’agit donc d’analyser dynamiquement chaque situation.

 

-Les Victimes –

On parle ici de rôle tenu par certaines personnes et de l’impact de leur personnalité dans la sphère professionnelle. Nous condamnons les actes d’agressions physiques et verbaux. Il ne s’agit pas de faire un procès ou de rejeter des personnes qui souffrent au travail ou plus largement dans leur vie. Nous abordons ici les modes de fonctionnement de certains salariés.

 

C’est une relation duale ; il n’existe pas de victime sans bourreau et inversement. De là nait une ambiguïté dynamique qui se fonde sur une manipulation plus ou moins consciente de l’un par rapport à l’autre.

 

La non-appartenance ou le refus d’appartenir à un groupe, le non-respect des règles communautaires, l’incompétence, le manque d’engagement, …, conduisent certaines personnes à être en décalage avec leur entourage professionnel et à entrer dans la catégorie des personnes qui ne se remettent pas en cause. De là peut découler une ostracisation, voire un rejet générateur de comportements agressifs.

 

La victime ou le victimisé apparaissent dysfonctionnels et doit subir les pressions de façon expiatoire. Même si dans un premier temps, une victime peut apparaitre attachante, l’énergie qu’elle demande à ses interlocuteurs et le registre émotionnel qu’une telle relation sous-tend conduisent régulièrement au rejet.

 

Un des éléments difficiles à appréhender lorsqu’on est confronté à ce type de personnalité tient à la temporalité, car une victime ne le demeure pas « forcément » toute sa vie. Il arrive régulièrement qu’une victime devienne à son tour un bourreau, d’autant plus acharné qu’elle aura souffert précédemment.

 

Paradoxalement, certaines personnes développent un véritable statut de victime et le cultive. Il s’ensuit un mode de fonctionnement en cercle vicieux qui a besoin de son bourreau pour exister. Un « équilibre » dans la souffrance peut naître d’une collaboration inconsciente avec son ou ses bourreaux. Les origines de ce trouble peuvent souvent provenir de l’enfance.

 

Les « victimes » peuvent manipuler leur entourage en jouant sur le registre émotionnel et en puisant dans l’empathie et la sympathie des personnes qui les écoutent. Plus leur public s’intéresse à « elles » plus leur statut est confirmé et validé. Cet état entretient les « victimes » dans leur rôle et fonctionnement. Elles peuvent ainsi obtenir davantage d’attention, de soutien, déléguer leurs activités auprès de « sauveurs », diluer leur stress en le diffusant auprès de leur entourage, …

 

Les « victimes » ont généralement de bonnes capacités de communication et savent repérer les  « âmes » charitables.

 

Cet état peut être transitoire, et les « victimes » faisant usage de leur résilience peuvent modifier leur mode de fonctionnement et retrouver un équilibre en se réalisant professionnellement et personnellement. Pour celles et ceux qui n’y parviennent pas, un travail sur les racines de cette souffrance doit être réalisé avec un praticien neutre.

 

-  L’Anxieux 

L’anxieux est une victime. Mais contrairement aux profils identifiés par tous comme des victimes, l’anxieux n’a pas besoin de bourreau. En effet, il se fait souffrir seul. Cette autonomie dans la difficulté peut le conduire dans une boucle infernale qui s’appuiera sur des principes d’auto-validations.

 

L’anxiété touche tout le monde, et ce, tout au long de la vie. Certains événements nous confrontent à nos capacités de résilience et parfois nous avons des difficultés à faire face.

L’anxiété peut être utile dans le travail ou dans un projet personnel, car elle focalise l’attention et les ressources vers l’atteinte d’objectifs.

 

L’anxiété peut se développer à mesure qu’une personne se sent dépassée par les événements et crois de moins en moins en ses capacités. La perte de maîtrise ou de pouvoir sur son périmètre d’intervention est vécue comme la disparition de sa légitimité. Régulièrement, les anxieux vont tenter de retrouver cette légitimité à leurs yeux et aux yeux de leurs collègues et managers en se surinvestissant. L’anxieux s’inflige une pression de plus en plus élevée à mesure que les résultats semblent s’éloigner toujours davantage.

 

Les anxieux vont demander aux autres ce qu’ils pensent d’eux et quelques soient les réponses, rien ne les satisfera. En effet, si un manager confirme le manque de résultat ou d’efficacité, l’anxieux va se réfugier dans ce qu’il sait faire, une boucle infernale de travail, souvent inutile. Mais, si un collègue infirme le sentiment d’inefficacité de l’anxieux, ce dernier n’en sera que rarement rassuré.

 

L’anxiété est souvent une crise qui nait face à une incapacité véritable ou supposée de pouvoir s’adapter aux changements.

 

La France détient le record de consommation de psychotropes par personne. Triste record qui cache de moins en moins le malaise des salariés et leurs difficultés à s’adapter aux réorganisations multiples et aux exigences croissantes des entreprises dans un contexte de crise économique et de leadership.

 

L’anxieux demande rarement de l’aide, et quand il le fait, elle ne lui convient jamais.

 

En tant que manager ou collègue, dès lors que vous êtes confrontés à ces deux types de victimes, n’hésitez pas à en parler avec votre hiérarchie.

 

Les relations que vous avez avec les « victimes » doivent rester humaines, mais factuelles. Il n’est toujours pas toléré d’avoir des moments de fragilité, voire de faiblesse dans les entreprises. Le registre émotionnel n’a toujours pas sa place dans les relations au travail. Ceci conduit à une forme de dédoublement de la personnalité, où une partie de l’individu doit être laissée à la porte du bureau, pendant que l’autre doit demeurer efficace et « infaillible ».

 

Certaines personnes y parviennent mieux que d’autres, mais chaque salarié est confronté au cours de sa carrière à des difficultés qu’il peine à dépasser. Tout le monde ne possède pas les mêmes capacités de résilience et dès lors qu’une personne est en souffrance au travail, il est plus facile de l’ignorer, voire de le nier, que d’essayer de l’accompagner. Pourtant, donner la possibilité d’en parler et le cas échéant de prendre des dispositions tant d’organisation du travail que d’accompagnement thérapeutique, pourrait éviter des burn-out ou des dépressions …

 

Ces personnalités « difficiles » ont parfois des racines issues de l’enfance, mais les environnements des entreprises exacerbent leurs comportements et les souffrances induites.


.Travailler avec des personnes difficiles - Les manipulateurs

. Les vacances et le droit à la déconnexion

. Travailler avec des personnes difficiles - Les pervers narcissiques

. 40% des Cadres prêts à changer d’entreprises en 2014!

. Les femmes cadres, insatisfaites de leur fin de carrière

. Salaires - Que faut-il attendre en 2014 ?

 

News associées :