Actualités
20/01/2014

Recrutement Cadres : Série sur les erreurs des candidats en entretien d’embauche – N°1 Le retard

 

Grand classique parmi les erreurs commises par les candidats dans le cadre de leurs entretiens de recrutement, le fait d’arriver en retard et de ne pas prévenir.

Il semble qu’au 21ème siècle, les moyens tels que les mails, les sms ou le téléphone ne suffisent pas à prendre contact avec ses interlocuteurs afin de les informer d’une arrivée plus ou moins lointaine.

 ·         Quel sera l’état d’esprit du recruteur ?

Il sera peu satisfait et aura l’impression que le candidat manifeste peu d’intérêt pour le poste et de respect de manière générale.

 ·         Quelle est la probabilité que le processus de recrutement se poursuive malgré tout et s’achève par une issue positive ?

Elle se rapproche de zéro


Le candidat finit par arriver au RDV et il oublie - sans doute trop fatigué par sa longue course pour arriver à l’entretien – de présenter ses excuses pour l’attente forcée que le recruteur a subi.

 ·         Quel sera l’état d’esprit du recruteur ?

Il considérera souvent que c’est un manque d’éducation et de correction.

Le recruteur pourra légitimement se demander si un tel comportement n’est pas habituel chez le candidat et s’interrogera sur sa fiabilité.

 ·         Quelle est la probabilité que le processus de recrutement se poursuive malgré tout et s’achève par une issue positive ?

Elle se rapproche de zéro

 

La plupart du temps, le retard est du à un manque de préparation ou d’anticipation ; une adresse mal notée, une inexactitude dans la date et l’heure du RDV, la confusion entre deux RDV, un plan d’accès au site non lu … Tout ceci peut facilement être corrigé.

Ce qui compte, c’est l’impression que le candidat laisse à ses interlocuteurs et les témoignages des managers sont à cet égard des plus instructifs :

Un responsable système nous indiquait qu’il ne pouvait pas recruter quelqu’un qui ne respectait pas cette simple convention et que pour lui la ponctualité était un critère de sélection ayant autant d’importance que les compétences techniques. C’est la base.

Autre exemple : un an après le départ d’un collaborateur, remercié durant sa période d’essai, un responsable de la production se souvenait que pendant la phase d’entretien de sélection, celui qui deviendrait un de ses collaborateurs était arrivé à deux reprises en retard. Selon lui, c’était un signe fort d’un comportement inadapté et que cela aurait du l’alerter. Désormais, pour tous ses nouveaux recrutements, il a augmenté son niveau d’exigence concernant ce point précis et plus généralement les aspects relationnels, et se montre beaucoup moins indulgent.

Un directeur des études devait recevoir un candidat pour un poste de PMO. Le jour venu, point de candidat à l’horizon. Etonné, il fit adresser un mail au candidat pour lui demander une explication sur son absence. Il n’eut aucune réponse. Une semaine plus tard jour pour jour et heure pour heure, le candidat s’est présenté à l’accueil pour rencontrer le responsable des études.

Sans surprise, le candidat n’a pas été retenu : un PMO qui se trompe dans la gestion de son propre planning et qui ne lit pas ses mails n’est pas rassurant…

Il est dommage de rater une opportunité à cause d’un planning trop juste ou d’une mauvaise préparation. La ponctualité est un facteur de sélection majeur en recrutement quelque soit la structure et sa taille.

 


A LIRE AUSSI

 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

News associées :