Actualités
Recruteuse
18/09/2014

Recrutement : Au fait un cabinet de recrutement ça sert à quoi ? (Première partie)

Parmi les différents acteurs du marché de l’emploi, les cabinets de recrutement (CDR) tiennent une place à part.

 

Intermédiaires entre des entreprises et des personnes en quête d’opportunités, les CDR doivent appréhender des organisations en mutation et orienter les candidats dans leur projet professionnel.

 

Limiter le métier de CDR à l’envoi de CV plus ou moins qualifiés à des clients qui ne savent ce qu’ils recherchent ne relève pas uniquement du raccourci, mais bien d’une méconnaissance totale de son champ d’intervention.

 

Un cabinet de recrutement doit d’abord écouter et conseiller les entreprises et les candidats. Chaque contexte de recrutement est spécifique ; les règles qui fonctionnent pour une entreprise Y, ne conviendront pas pour une entreprise Z.

 

A titre d’exemple, un poste de chef de projets n’aura pas le même contenu dans une SSII, chez un éditeur de logiciels ou chez un client final, car les responsabilités induites par cet intitulé y sont non seulement différentes, mais également en constante évolution.

 

Il existe deux types de CDR :

-          Les généralistes

-          Les spécialistes

 

On dénombre 1500 cabinets de recrutement en France actuellement dont une cinquantaine réellement spécialisés en IT/IS.

 

Les cabinets de recrutement gèrent 5% du nombre global de poste ouvert à l’embauche. La majeure partie est traitée par les entreprises elles-mêmes, ainsi que par le recours à l’intérim et CDD.

 

Donc, si une entreprise fait appel à un ou plusieurs CDR, c’est pour répondre à besoin précis et suffisamment complexe pour que son service RH interne n’ai pas les moyens immédiats de trouver une solution pertinente.

 

1.    Qu’apporte un cabinet de recrutement aux candidats ?

Les spécialistes du recrutement sont, dans leur grande majorité, passionnés par les ressources humaines et soucieux du respect dû à chaque personne et ses orientations professionnelles.

En bref, un cabinet de recrutement accompagne et conseille les candidats sur toutes les phases de leur recherche d’emploi :

  • L’écoute active est un préalable à toute action, car chaque personne possède des expériences et des souhaits personnels dont il faut tenir compte dans toute recherche de poste.

 

  • La clarification du projet professionnel du candidat est la colonne vertébrale de la recherche de poste. Il arrive régulièrement que des personnes ne sachent pas quelles voies suivre. Le CDR doit conseiller objectivement et factuellement les candidats. Ces derniers doivent rester maîtres de leur projet professionnel.

 

  • La neutralité du CDR est un atout pour le candidat, car il n’a pas le même regard qu’un recruteur en interne : il possède une vision plus large en fonction des postes et des différentes cultures d’entreprise, ainsi qu’une connaissance du marché et des opportunités qu’il offre. Le CDR alerte sur certains postes qui pourraient être à risque et peut promouvoir des postes à fort potentiels.

 

  • Le réseau professionnel d’un cabinet de recrutement est fondamental. Se rapprocher des consultants d’un CDR permet d’élargir le spectre d’opportunités, car si un poste ne convient pas au candidat, d’autres options pourront lui être présentées. Une relation de confiance doit être bâtie et le CDR deviendra un allié pour aider le candidat à réussir les entretiens et à être recruté.

 

  • Certaines opportunités ne sont accessibles que via les cabinets de recrutement, donc ils maîtrisent totalement le processus de sélection/évaluation/conseil/décision.

 

  • Le CDR conseille les candidats sur la rédaction de leur curriculum vitae et sur la façon de mettre son expérience en valeur. Il n’est pas question d’inventer des expériences, mais bien de présenter ses acquis professionnels efficacement, afin d’obtenir un entretien avec l’entreprises qui recrute.

 

  • Les évaluations réalisées par les cabinets varient selon leur secteur : il est possible de passer par des questionnaires techniques, de personnalité, de raisonnement et de logique, etc.  C’est toujours intéressant de voir ce qu’il en est, d’y avoir été confronté au moins une fois.

 

  • Les consultants en recrutement peuvent conseiller un candidat sur sa façon de se présenter oralement. Tout le monde n’est pas accoutumé à présenter son parcours ; il ne s’agit pas là non plus d’inventer ou de transformer une personne en automate, mais bien de parfaire sa présentation. Les managers ont leurs conseillers en communication, les candidats peuvent en avoir besoin également. 

 

  • Le CDR doit accompagner les candidats lors des phases de négociation et de décisions.

 

  • Le travail du cabinet de recrutement ne s’arrête pas là, en effet, la période d’essai du futur embauché doit être envisagée dès la phase de négociation. Pendant la période d’essai, le CDR doit vérifier que tout se passe bien.

 

  • Et après ? Une fois que le nouveau collaborateur a passé sa période d’essai, le CDR peut le conseiller plus largement sur sa progression dans l’entreprise et l’aider à réfléchir à des trajectoires de carrière.

 

Plus qu’un Cabinet de recrutement, c’est un consultant en recrutement qu’il faut choisir. Comme son nom l’indique, il est là pour vous conseiller. Il sera donc d’autant plus pertinent s’il connait votre secteur d’activité et/ou vos domaines métiers. En qualité de chef de projet, vous viendrait-il à l’idée de recruter un profil complètement hors de votre scope projet ? C’est possible mais les chances de réussite sont minces et vont tenir à la personne que vous allez recruter. Il en est de même pour le Cabinet de recrutement : recruter votre/vos consultant(s) comme vous recruteriez les membres de votre équipe : compétences, complémentarité.

Tisser un lien de confiance entre le consultant et vous : il pensera à vous dans le cas d’autres opportunités professionnelles.

Ces consultants sont aujourd’hui présents sur la plupart des réseaux sociaux professionnels : vous pouvez par conséquent les contacter de manière assez directe.