Actualités
22/03/2013

Les réseaux sociaux et le recrutement : un mouvement de fond qui impose un changement profond de méthode chez les recruteurs.

Les réseaux sociaux sont devenus un outil incontournable du recrutement. Ils facilitent le sourcing, et ce, à moindre coût. On peut même légitimement se demander si il est toujours intéressant d’utiliser les jobboards. La réponse à cette question est fonction de l’investissement qu’un recruteur est susceptible de consentir à l’animation et au développement de ses connexions via les réseaux sociaux. Ainsi le coût réel de l’outil « réseau social » comme moyen de sourcing devient très élevé si on veut en faire un usage de recrutement de masse. Le recours aux réseaux sociaux s’inscrit souvent dans une démarche de moyen terme, ce qui peut conduire à un désengagement rapide des recruteurs ponctuels.

 

Il est désormais évident que toute société qui souhaite recruter se doit d’être présente sur les réseaux sociaux, surtout si sa cible de recrutement concerne les jeunes diplômés et jeunes actifs.

Cette présence ne peut se limiter à la diffusion de jobs, il convient de contribuer régulièrement et de mettre en avant des informations de fond permettant aux « candidats potentiels » de valider l’adéquation entre les contextes proposés et leurs projets professionnels.

 

Ceci  impose des changements de méthodes aux recruteurs, car ils doivent maintenir une pression constante dans la fourniture d’informations sur les réseaux sociaux et veiller à ne pas susciter le désintérêt par manque de transparence, d’interaction ou de respect des « candidats potentiels ».

La gestion de la marque employeur devient dés lors cruciale et touche tous les acteurs de l’entreprise. Un effort collégial d’exemplarité doit être réalisé, et ce, dans la durée.

 

Même si les réseaux sociaux facilitent le sourcing, il ne simplifie par pour autant le recrutement, car plus les compétences recherchées sont rares plus le recours à des spécialistes de la chasse possédant des compétences sectorielles est nécessaire, en effet il ne suffit pas de « sourcer » il faut aussi évaluer les savoir-faire et savoir-être et c’est un métier à part entière.

 

Les réseaux sociaux apparaissent dés lors comme indispensables, mais ne suffisent pas à régler le décalage entre offres et demandes d’emploi ; il s’agit donc les intégrer comme un outil complémentaire dans un processus exhaustif de recrutement.