Actualités
Entretien de recrutement
09/01/2014

La confiance en entretien de recrutement : ennemie ou amie ?

Lors d’un entretien de recrutement le candidat et l’entreprise se jaugent mutuellement. Excès ou manque de confiance nuisent à la qualité de l’entretien et conduisent souvent à l’échec.

Voici des conseils pour améliorer sa posture en entretien.

 

1 - La confiance du côté candidat et ses conséquences

 

Si pour vous la conscience ne se décrète pas, il faut pourtant la travailler. La première étape est de faire le bilan de vos expériences professionnelles. Qu’avez-vous appris ? Quels ont été vos résultats ? Quels sont les projets dont vous êtes le plus fier et pourquoi ? Quelles sont les compétences que vous avez acquises ? Ce sont autant de questions dont les réponses vous donnerons tout à la fois une meilleure conscience de toutes vos réussites,  du développement de vos compétences, mais également du contenu pour vos entretiens, des arguments pour convaincre.

Vous avez maintenant en main des éléments factuels, précis (chiffres, résultats, % d’amélioration de performance, compétences comportementales, etc.). Ce sont ces éléments qui vous permettront d’aller confiant en entretien de recrutement. Vous pourrez les présenter à la demande de votre interlocuteur.

Nous pouvons alors dire que cette confiance sera votre alliée au cours de l’entretien car elle repose sur des faits, sur des résultats concrets.

Axe de vigilance : ne passez pas trop de temps sur des expériences antédiluviennes… Privilégiez les projets en rapport avec le poste sur lequel vous postulez. Vous démontrerez ainsi votre capacité à faire, votre interlocuteur pourra vous projeter dans les futures fonctions.

Les conséquences d’un manque de confiance

Si vous n’avez pas confiance en vous, il vous sera difficile de convaincre. Le recrutement est une prise de risque pour les entreprises et force est de constater qu’elles sont de plus en plus frileuses : multiplication du nombre d’entretiens (et donc d’interlocuteurs), de plus en plus de tests et questionnaires divers et variés (pour sélectionner, rassurer, etc.). Si vous n’avez pas confiance en vous, vous instillez dans l’esprit de votre interlocuteur un doute. Or, le doute ne profite qu’exceptionnellement au candidat.

Les conséquences d’un excès de confiance

Le recruteur peut tirer de nombreuses conclusions face à un candidat qui péche par excès de confiance :

-          Il est arrogant ;

-          Il est surdimensionné par rapport au poste : il risque de s’ennuyer chez nous ;

-          Vous présentant comme une « diva », comment pourriez-vous vous intégrer dans les équipes ;

-          Sur le plan des compétences comportementales : saura-t-il se remettre en question ? Acceptera-t-il les critiques ? Quelles sont ses capacités d’écoute ?

Pour vous, les conséquences d’un excès de confiance :

-          Ne pas être sélectionné pour un poste ;

-          Finalement être recruté mais sur un poste pour lequel vous ne disposez pas des compétences nécessaires ;

-          Vous pouvez ne plus laisser de place à votre interlocuteur en entretien et entrer dans une sorte de monologue.

 

 

2 - La confiance du côté entreprise

 

Il y a ici 2 points à aborder : l’excès de confiance de l’entreprise et/ou du recruteur, et la mise en confiance du candidat pendant l’entretien

La confiance de l’entreprise et/ou du recruteur

Pour que le recruteur se sente à l’aise, il faut lui-même qu’il affute préalablement ses arguments : qu’est-ce qui dans l’entreprise ou dans le service ou dans le poste est susceptible d’être intéressant à communiquer ? Ici, nous prônons le réalisme : il faut pouvoir communiquer aussi bien les éléments positifs que les difficultés liées aux fonctions.

Les conséquences d’un manque de confiance

Si le recruteur manque de confiance, l’entretien peut s’en trouver déséquilibré : le candidat communiquera plus d’informations qu’il n’en récoltera. Il sera alors difficile pour les deux parties de se faire une idée sur leurs intérêts respectifs.

Les conséquences d’un excès de confiance

L’excès de confiance du recruteur peut avoir de nombreuses conséquences :

-      Il peut se positionner comme un juge et de fait biaiser les relations : le candidat peut être déstabilisé, agacé. Il peut également rester sur la réserve, voir sur la défensive et donc donner une vision tronquée de ses expériences professionnelles. Il sera donc difficile pour le recruteur de savoir réellement qui est la personne en face de lui ;

-          D’autres candidats pourront entrer dans le jeu du recruteur et peut alors s’installer une guerre de pouvoir / contre-pouvoir, une tension.

-      Le recruteur peut lui-même paraitre arrogant, peu à l’écoute. Le candidat se posera les questions suivantes : est-ce que tout le monde est ainsi dans l’entreprise ? Est-ce que j’ai envie de travailler dans une entreprise où on ne me laisse pas de place ?

Quel est intérêt pour l’entreprise de mettre un candidat en confiance pendant l’entretien ?

Le recruteur qui prend le temps d’instaurer un dialogue constructif et équilibré pourra déceler des potentiels. Les premières minutes d’un entretien sont cruciales : elles permettront au candidat de prendre la température et de voir jusqu’où il peut aller, se livrer. Ce sont ces minutes qui donneront le ton pour toute la durée du rendez-vous.

Il aura également la sensation d’être respecté, écouté, entendu. Cela le mettra plus en posture d’envisager une poursuite du processus de recrutement.

En tant que recruteur, vous pourrez également plus facilement adopter une posture conseil à l’issue de l’entretien et donner des axes de développement, de vigilance pour les prochains entretiens.

Quel est le risque de la mise en confiance pour le candidat ?

Le contexte est serein, votre interlocuteur est sympa… Vous vous décontractez et… vous en oubliez les codes de l’entretien. Vous parlez de tel manager qui vous a cassé les pieds, de tel projets qui était super mal pensé et organisé, vous donnez votre avis sur tout…

Vous êtes avant tout en entretien ! Il ne faut pas l’oublier. Si vous devez adapter votre discours au contexte dans lequel vous vous situez (au risque de paraître trop rigoriste, fermé), vous ne devez pas oubliez l’objectif qui est de convaincre votre interlocuteur et de décrocher ce poste que vous convoitez.

 


 

A LIRE AUSSI