Actualités
Réseaux sociaux
13/03/2015

Edito : Les limites des réseaux sociaux dans le recrutement

Tous les acteurs du recrutement, qu’ils soient internes ou externes à l’entreprise, déclarent être présents sur les réseaux sociaux. Pourtant, seulement 22% des recruteurs français utilisent les réseaux sociaux dans leur activité de sourcing (identification de profils pertinents).

 

Si les réseaux sociaux sont devenus incontournables pour diffuser du contenu, leur usage dans le domaine du recrutement présente des limites importantes qui nécessitent une approche particulière pour être efficace.

 

1.       Les seuils de mises en relation par jour

Les réseaux sociaux professionnels tels que Viadeo ou Linkedin limitent volontairement le nombre de demandes de mises en relation quotidiennes ou mensuelles. Les principales raisons tiennent à la nécessaire préservation de leur « matière » et ainsi d’éviter de voir leurs bases de données être pillées par des entreprises concurrentes.

La crédibilité d’une plate-forme de réseau social professionnel est également liée à la qualité des demandes de mises en relation ; il est fondamental d’éviter toutes formes de « spamming » et de sollicitations dérangeantes, voire abusives.

 

2.       Le temps de développement de son réseau

Conséquence des seuils de mises en relation et du grand nombre de membres présents sur Viadéo ou Linkedin, le temps passé à constituer son réseau s’il dépend des objectifs visés par le recruteur, n’en demeure pas moins long. Cet investissement peut vite se compter en heures quotidiennement.

Si un recruteur ne fait que quelques embauches dans l’année, un tel investissement en temps n’est pas rentable.

 

3.       Les coûts d’utilisation

Si le forfait prémium de Viadeo reste accessible et peut trouver une justification au regard du nombre de contacts potentiels qu’un recruteur peut toucher par jour, il en va autrement de Linkedin qui fait payer cher son statut de leader.

 

4.       Le nombre de membres sur les réseaux sociaux

9 millions pour Viadéo et 8 millions pour Linkedin en France, ce sont leurs populations de membres respectives. 40% des membres de Viadeo ont entre 25 et 35 ans. Ces réseaux sociaux ont attiré en priorité des personnes jeunes et habitués aux outils digitaux. Il y a encore du chemin à faire pour attirer des profils plus âgés qui n’ont pas l’habitude de partager des informations sur le web.

Certaines populations sont surreprésentées sur les réseaux sociaux, telles que les informaticiens, ou les financiers. Les réseaux sociaux ne seront pas pertinents pour tous les types de recherche.

 

5.       La disparité d’usage entre régions

Sur les 9 millions de membres que comptent Viadeo en France 41% sont présents en Ile de France. La région Rhône Alpes arrive en second avec 10%. La pertinence des réseaux sociaux professionnels est moindre en province.

 

6.       La contrainte de mise à jour de ses profils

Les habitués des réseaux sociaux utilisent Facebook, Instagram, Pinterest, Linkedin, Viadeo, ..., et doivent régulièrement mettre à jour leurs profils. Cela prend du temps et demande un minimum d’investissement pour dissocier les contenus en fonction des sites et des messages que l’on souhaite diffuser. Ce cloisonnement conduit parfois à des disparités entre les contenus des différents profils d’une même personne.

Habituellement, les informations présentées sur les réseaux sociaux professionnels sont mises à jour en période de veille ou de recherche active d’emploi.

Il arrive fréquemment que les contenus des fiches profils ne soient pas à jour et donnent une image décalée par rapport à la situation réelle d’un membre. Ceci peut conduire à des sollicitations inappropriées et parfois dérangeantes.

 

7.       La e-reputation

Désormais il est classique pour les recruteurs d’accéder aux fiches profils des candidats sur les réseaux sociaux pour parfaire leur vision de leurs parcours. Il n’est pas rare de voir un candidat être « rejeté » à cause de publications qu’il a faite sur internet.

La pratique de l’auto-censure pourrait devenir la règle et induire des contenus sur les fiches profils moins développés.

 

8.       L’exigence de sélectivité

Avec l’essor des réseaux sociaux la mode des concours du plus grand nombre de membres ou d’amis dans son réseau est devenue un standard. Après une décennie d’usage, les membres des réseaux sociaux professionnels sont plus matures et ont intégré la nécessité de sélectionner les personnes qu’elles acceptent dans leur réseau. La qualité remplace la quantité. Les demandes de mise en relation doivent suivre une logique et souvent être justifiées. Si un recruteur veut entrer en contact avec une personne, il doit expliquer pourquoi.

Les sur-sollicitations ont conduit les membres des réseaux sociaux à filtrer toujours davantage leurs relations. A l’extrême certaines personnes refusent toute nouvelle relation avec des membres qu’elles ne connaissent pas. Ceci va à l’encontre de l’objectif premier d’un réseau social, mais cela confirme qu’effectuer trop de sollicitations est contre-productif et peut même générer une gêne chez certains membres.

 

9.       L’illusion de facilité

L’intérêt des réseaux sociaux professionnels dans le recrutement n’est plus à démontrer, toutefois leur pseudo facilité d’utilisation conduit à l’illusion qu’en quelques minutes et quelques clics une embauche peut être réalisée. Seulement ça n’est pas parce qu’une demande de mise en relation a été faite, qu’elle va forcément être acceptée. Et cela se complique dès lors qu’un recruteur cherche des profils rares, et donc, forcément sur-sollicités.

Seule une démarche qualitative orientée sur l’individualisation de la demande de mise en relation et sa contextuellisation peuvent donner des résultats.

Mais la conséquence directe est un accroissement du temps dédié au traitement au sourcing. La question de la nécessité d’un tel investissement se pose donc pour chaque recrutement.

 

Conclusion :

  • Les réseaux sociaux sont incontournables dans le recrutement web 2.0 (et 3.0)
  • Leur usage demande beaucoup d’investissement en temps et en animation de relations
  • Pour accéder aux personnes pertinentes il faut avoir une approche personnalisée, claire et respectueuse

 


 

News associées :