Actualités
News
11/07/2014

Edito : Le CV anonyme – Une fausse bonne idée !

L’idée n’est pas neuve et revient régulièrement comme un serpent de mer. En 2006, une loi a même été édictée imposant aux entreprises de plus de 50 salariés d’y recourir.

Le principe est louable : empêcher toute discrimination à l’embauche que ce soit par l’âge, le diplôme, l’adresse, l’origine, le sexe, … Toutefois, sa mise en application est rendue caduque par le principe même du recrutement : en savoir le plus possible sur un candidat pour valider s’il est « embauchable » ou non.

Différentes expériences ont été menées en France et en Europe et les spécialistes des Ressources Humaines, majoritairement ouverts au principe d’équité de traitement entre les candidats, ont fait marche arrière.

En effet, les usages des réseaux sociaux ont bouleversé l’accès aux informations des salariés. Des sites de réseaux professionnels tels que Viadeo, Linkedin, Yatedo, sont devenus incontournables. La problématique n’est plus de demeurer discret et de diffuser des informations au compte-goutte, mais bien de maintenir ses fiches de présentations à jour, et ce, même si l’on n’est pas en recherche active. Il faut être visible pour être employable.

Les jeunes salariés ont appris à communiquer depuis des années via Facebook, Twitter, Pinterest, …, et ils savent que la transparence est la règle. Ils ont même appris à gérer leur image et faire la part entre celle privée et publique (gestion des publications sur les réseaux sociaux non professionnels, adoption de réseaux sociaux qui ne conservent pas les données, etc.).

Ceux qui ne sont pas présents sur le web apparaissent même comme « suspects » de ne pas accepter de diffuser leurs parcours, des news, des articles ou des avis sur les réseaux sociaux.

Ceux qui considèrent le recrutement comme une activité monolithique qui se contente d’analyser des curriculum vitae n’ont pas compris les changements d’usages imprimés depuis 10 ans dans l’approche et l’évaluation des potentiels.

Plus de 80% des recrutements sont effectués via les réseaux sociaux aux Etats-Unis. Dans le domaine informatique, les recruteurs analysent toutes les publications des candidats sur les forums, les exemples de codes générés, les vidéos postées permettant d’analyser les capacités de communication ou des concepts évoqués. Les entreprises organisent des concours de programmation ou de hacking, et sélectionnent ainsi les meilleurs potentiels. L’ère du Big Data bouleverse les habitudes.

Un recruteur qui reçoit un CV anonyme peut extrapoler l’âge et l’origine du candidat à partir des formations initiales et de leurs localisations. Considérer que le fait de masquer ces éléments peut servir le candidat est juste insensé.

En période de crise, les entreprises qui recrutent sont encore plus vigilantes à la qualité des candidats reçus et des personnes qu’elles vont intégrer. Les processus de recrutement se sont allongés et  complexifiés.

Si le CV anonyme doit éviter qu’une personne ne soit pas sélectionnée en première lecture, il n’en reste pas moins qu’une entreprise a des besoins concrets en terme d’embauche et que les compétences recherchées si elles sont absentes du CV, anonyme ou non, le candidat n’aura pas droit à un entretien.

Le Medef, via son Observatoire Tendance Emploi Compétence, montre que plus de 75000 postes sont restés vacants au 1er trimestre 2014. Les emplois non pourvus concernent principalement les métiers de l’hôtellerie, la restauration, les commerciaux et les ingénieurs en informatique.

Le CV anonyme ne réglera pas le problème du nombre peu élevé de postes dans certains secteurs, ni le manque d’expérience.

Le CV anonyme ne réglera pas non plus la problématique des jeunes diplômés issus de filières bouchées et sans avenir.

Croire qu’en légiférant et en imposant le recours à un outil obsolète et inadapté aux besoins des entreprises, relève de la méconnaissance totale de l’évolution des usages dans le domaine du recrutement.

Le secteur informatique est toujours créateur d’emplois et à la recherche de spécialistes susceptibles d’accompagner les entreprises dans leurs projets liés au Big Data, au Digital, au Cloud, aux applications mobiles, au E-Commerce et aux objets connectés.

Les difficultés de recrutement dans ce secteur sont connues et continues. Les origines sociales ou ethniques n’ont que peu de conséquences sur l’emploi dans ce domaine. Cela prouve qu’avec une formation initiale de valeur, de bac+2 à bac+5 en informatique et une volonté de maintenir ses compétences en phase avec les attentes du marché, les effets liés à l’âge, au sexe, aux origines, …, s’effacent devant les compétences. C’est bien ici que les efforts doivent être faits. Une carrière dure plus de 40 ans. Faire les bons choix pour sa formation initiale et maintenir un niveau élevé de compétences sont essentiels pour le maintien de l’emploi et éviter le chômage.

Le CV anonyme apparait ici comme mort-né dans une période d’hyper connexion et de partage continu et croissant d’informations. Le recrutement n’y échappe pas. Il conviendrait dès lors d’apprendre aux personnes qui cherchent un emploi à développer leurs compétences en communication, en développement de leur réseau professionnel et en « personal branding » plutôt que de se réfugier derrière une fausse bonne idée, sous couvert de bons sentiments.

Cacher qui l’on est en contradiction avec notre époque qui attend des candidats qu’ils montrent non seulement ce qu’ils peuvent accomplir mais également qui ils sont (questionnaires de personnalité). Le développement des recommandations sur les réseaux sociaux, si elles doivent être relativisées, indique toutefois la tendance de fond du recrutement aujourd’hui.

Pour être recruté il faut se montrer ! A contrario, celui qui demeure discret, voire secret, ne sera pas remarqué et identifié comme un futur collaborateur potentiel.

Le CV anonyme est un artifice et peut même s’avérer contre-productif pour certains recruteurs qui élimineront une candidature du simple fait qu’elle est anonyme.

Soyez fier de qui vous êtes et de ce que vous faites. Si vous ne savez pas comment procéder, discutez en avec des confrères, des collègues, des amis et apprenez comment valoriser vos acquis.

Apprendre à « vendre » ses compétences et plus efficace qu’un CV anonyme pour obtenir un entretien et ensuite un job intéressant.

 

 

 

News associées :