Actualités
Edito
29/11/2013

Edito du 29 novembre 2013

Il n’y a pas de pénurie d’informaticiens en France ! C’est la conclusion à laquelle est parvenue le MUNCI (Association Professionnelle des Informations) en analysant les données concernant les informaticiens au chômage et fournies par Pôle Emploi.

L’association affirme que le « vrai » taux de chômage des informaticiens est de 8,7%, pour un nombre 76744 demandeurs d’emploi à fin septembre 2013. Ces chiffres ont été obtenus en agrégeant les données des catégories (de A à E) incluant les métiers liés à la profession (MOE et MOA). Au global, ce sont 12,8% de chômeurs que compte la population informatique en France en septembre (il y a 600000 informaticiens en France selon l’INSEE).

37,5% de ces demandeurs d’emploi sont des chômeurs de longue durée, et les profils les plus touchés concernent les spécialités de la création multimédia, de la maintenance et du développement informatique. Ce constat amène le MUNCI a contesté la pénurie de compétences en développement informatique.

Le site d’emploi (jobboard) en informatique www.chooseyourboss.com a réalisé une enquête auprès des candidats afin de mieux appréhender les critères primordiaux qui les amènent à choisir de rejoindre une entreprise plutôt qu’une autre.

Ce site présente une très forte spécialisation en termes de population ciblée, principalement constituée de spécialistes du développement en informatique. Structurellement, cette population est plutôt constituée de profils assez jeunes (25/35 ans).

Les résultats de cette enquête confirment ce que les recruteurs vivent sur le terrain, ainsi La localisation du lieu de travail, le salaire, la popularité de l’entreprise, l’intérêt du poste, l’ambiance au travail, les incentives sont autant d’éléments pris en compte dans le choix de rejoindre une entreprise.

Ceux qui sont confrontés au recrutement de personnels compétents en analyse et développement d’applications savent que cela sera difficile. Les profils .Net, Java, PHP, ..., sont activement recherchés et ont la possibilité de faire le choix entre de nombreuses offres. Ils peuvent se permettre d’être exigeants.

Alors pourquoi le MUNCI parle-t-il d’une non pénurie des informaticiens, même chez les développeurs ? Le fonctionnement du marché de l’emploi en France est simple et décourageant :

  • Vous disposez d’une expérience d’au moins un an dans un domaine, vous serez embauché.
  • Vous n’avez que des notions, vous devrez lutter pour obtenir qu’on vous laisse une chance de prouver vos talents.

Il est impératif de maintenir ses compétences à jour et son employabilité. Le secteur de l’informatique ne fait pas de concession, ou vous êtes « up to date » ou vous ne serez plus attractif et vous risquez de vous retrouver au chômage.

Former les informaticiens pour qu’ils demeurent en phase avec les technologies et méthodes poussées par le marché est un impératif trop souvent oublié par les entreprises et les salariés eux-mêmes.

Paradoxalement, les entreprises se plaignent de ne pas trouver de personnels compétents, mais restent à la traine en termes d’accompagnement de leurs collaborateurs. Elles demeurent majoritairement campées sur leur position lors des phases de recrutement, en privilégiant des profils déjà expérimentés. La notion de potentiel semble bien souvent rejetée par les entreprises. Que penser alors d’une entreprise qui ne favorise pas les jeunes talents dans ses recrutements, est-elle véritablement capable d’accompagner ses propres collaborateurs dans le développement de leurs savoir-faire ?

 

News associées :